Posturologie / posturothérapie

La posture érigée est « le propre de l’homme » au même titre que le langage et la pensée.

Qu’est-ce que la posturologie ?

La posturologie est une spécialisation médicale qui étudie les mécanismes de régulation physiologiques de la stabilité posturale ainsi que ses dysfonctionnements.

Le maintien de la position debout constitue pour l’homme un véritable exploit biomécanique et neurophysiologique.

Pour y parvenir, il a donc développé un système de régulation posturale grâce auquel il peut tenir debout en dépit des contraintes extérieures (sol incliné ou glissant…) ou intérieur (respiration, circulation sanguine…), mais également s’orienter dans l’espace et préparer ses mouvements avec précision.

Le système postural

Le système postural permet le contrôle automatique de la position du corps et de ses oscillations.

Il intègre des informations venant de l’environnement via les entrées sensorielles (pieds, yeux, vestibules et bouche) avec les informations proprioceptives et viscéroceptives.

Selon les informations intégrées, le système postural modifie le tonus musculaire, base de notre verticalisation, notre motricité volontaire et de nos expressions.

Dès qu’il y a déséquilibre postural, il y a apparition de troubles avec intégration d’un nouveau schéma corporel que l’organisme va intégrer et considérer comme étant le bon, celui-ci fonctionnera dans son déséquilibre et ne pourra pas se rééquilibrer seul.

Plaintes du patient postural

  • Fatigue chronique
  • Douleurs dont la localisation est variable dans le temps. Pendant très longtemps les examens radiologiques sont normaux, ce n’est que tardivement que les signes radiologiques apparaissent.
  • Instabilités (manque de précision, mouvements maladroits) voire des troubles cognitifs (troubles de la concentration et d’apprentissage) et émotionnels.

Le but du posturothérapeute est d’apporter un traitement étiologique en corrigeant le système postural à partir de capteurs déréglés.

Un bilan postural minutieux sera effectué pour trouver le ou les capteurs dysfonctionnels (tests posturaux, analyse stabilométrique,…).

Le rôle du posturothérapeute sera de reprogrammer l’ensemble du système postural en agissant sur les différents capteurs par un traitement manuel spécifique (neurostimulations). Une remédiation posturale sera parfois nécessaire également que ce soit par des semelles posturales très fines réalisées par les posturopodistes, par la mise en place de prismes déterminés par l’ophtalmologue spécialisé, par la mise en place de stimulations buccales chez le dentiste. La posturologie est donc pluridisciplinaire.

Le but du posturothérapeute est d’apporter un traitement étiologique en corrigeant le système postural à partir de capteurs déréglés. Un bilan postural minutieux sera effectué pour trouver le ou les capteurs dysfonctionnels.

En résumé

Les patients en déséquilibres posturaux présentent des examens complémentaires normaux, une symptomatologie riche, une hypertonie paravertébrale unilatérale ou bilatérale. Les différents symptômes ont été regroupés par Da Cunha en 1979 et constituent le Syndrome de Déficience Posturale (SDP).

Les patients posturaux présentent typiquement des douleurs modérées à fortes, omniprésentes et qui ont tendance à changer régulièrement de localisation. Les patients vivent avec celles-ci depuis des années et s’y sont habitués. Cependant, avec le temps, le corps s’épuise, les patients décrivent une fatigue importante et des douleurs qui sont de moins en moins bien gérées.

Les troubles posturaux ne se limitent pas uniquement à l’adulte mais sont rencontrés dans l’ensemble de la population.

Les enfants, peuvent présenter des déséquilibres posturaux tels que : genu valgum, pieds plats, troubles de la marche,…

L’examen postural chez un enfant peut être effectué lorsque le schéma du cycle de marche est établi, c’est-à-dire vers 4 à 5 ans, sauf en cas de chutes fréquentes et précoces où il peut alors être effectué plutôt.

Les adolescents (période de croissance importante), chez qui peuvent s’installer des déformations du rachis (scolioses) mais également d’autres pathologies liées à la croissance (maladie de Sever, Osgood-Schlatter…).

Les adultes, qui présentent des algies de l’axe rachidien : lombalgies, dorsalgies, cervicalgies… ainsi que d’autres dysfonctionnements de l’appareil locomoteur du type : podalgies, gonalgies, coxalgies, tendinopathies et instabilités diverses.

Les personnes âgées dont le vieillissement du système postural entraîne également une modification de la posture et de la stratégie d’équilibration provoquant des douleurs rachidiennes et des membres inférieurs. Cette instabilité posturale aura un impact sur leur équilibre et le risque de chutes.

Les sportifs, chez qui il est important de prévenir et traiter des troubles de la stabilité et du mouvement afin d’optimiser le geste sportif, d’éviter toutes les pathologies dues à l’activité sportive. Pas de geste optimal sans stabilité performante.


Le bilan postural

Il permet de déterminer les perturbations du système postural pouvant générer des douleurs. Le bilan se déroule comme suit :

    1. L’interrogatoire minutieux qui renseigne sur les motifs de consultation, les plaintes éventuelles, les perturbations des récepteurs du système postural (locomotrices, viscérales, ORLs, émotionnelles,…), les antécédents traumatiques et micro- traumatiques,…

    1. L’examen morphostatique qui permet d’évaluer le tonus musculaire en station debout ainsi que la position des différents segments du corps.

    1. Les tests toniques et manœuvres spécifiques du système postural (debout et couché) qui caractérisent les dysfonctions du système postural.

    1. Ce bilan clinique postural peut être complété par la suite par :
      L’étude instrumentale stabilométrique qui enregistre et analyse sous forme de courbes les oscillations de la posture debout et permet donc d’objectiver l’instabilité posturale du patient.

En pratique

  1. Lors de la première consultation, le bilan postural complet est effectué.
  2. La deuxième consultation (premier contrôle), on évalue après 2 à 3 semaines le traitement mis en place.
  3. Les consultations suivantes se réaliseront en fonction de l’évolution du traitement.

Si vous possédez des examens complémentaires récents, vous pouvez les emmener avec vous lors de la première consultation.
Apportez également une à deux paires de chaussures que vous portez le plus souvent et vos semelles si vous en portez. Si vous pratiquez une activité sportive régulière, apportez également vos chaussures de sport (jogging, football, tennis,…).